Le podcast

Genèse
et mode d’emploi

Il est souvent dit que les séries ou les films sont les reflets de nos sociétés. Pourtant, en absorbant la réalité et en la représentant, les écrans de télévision ou de cinéma ne sont pas de simples miroirs mais des objets plus complexes : ce sont des prismes.

Le Prisme, c’est le podcast qui traite des représentations proposées par les fictions audiovisuelles américaines, pour vous permettre de comprendre comment elles façonnent nos imaginaires.

Ces deux accroches, elles encadrent le sommaire de chaque début d’épisode du Prisme. Elles résument en quelques mots l’esprit du podcast. Elles résument en quelques mots l’esprit du podcast. Mais j’avais envie de vous en dire un peu plus sur ce projet qui a pris corps en juin 2021, mais dont les racines remontent près de 10 ans en arrière.

La genèse du podcast : un projet de 10 ans

En parallèle de mon cursus universitaire, j’ai créé et animé, entre 2007 et 2016, cinq émissions différentes sur Radio Campus Bordeaux, pour un total de plus de 350 numéros. J’ai notamment produit une chronique sur les séries télévisées qui s’appelait Trapped in a Box, diffusée entre 2011 et 2015. C’est avec cette chronique que j’ai pu pour la première fois allier mon objet d’étude de l’époque, les séries télévisées, et mon médium de prédilection – en tant qu’auditeur – depuis ma plus tendre enfance : la radio.

En septembre 2012, alors que je venais de rentrer en doctorat, j’avais émis le souhait de créer une nouvelle émission hebdomadaire sur Radio Campus Bordeaux, qui se proposerait de, je cite mon mail de l’époque – « traiter d’une série par semaine, qui serait prise comme un objet d’étude, et inviter un universitaire pour analyser de façon exigeante mais accessible cette série par le prisme de sa discipline. ». Vous avez peut-être reconnu le pitch d’Histoires en séries, un podcast lancé en mars 2020, auquel je suis totalement étranger, mais surtout, vous avez entendu dans ma description un mot clé, que j’avais déjà envisagé à l’époque comme le titre de cette émission : Le Prisme. Le projet était cependant bien trop ambitieux pour le mener seul… j’y ai donc assez vite renoncé.

Trois ans plus tard, en octobre 2015, alors que ma thèse venait de connaitre un changement de sujet radical, j’ai réalisé un pilote qui a été sélectionné et diffusé lors de la Nuit de la découverte sur France Culture, une émission permettant à de jeunes productrices et producteurs de se faire connaître. Ce pilote, il s’appelait In Couch With, un format situé entre la chronique et le reportage, pour présenter une série dans son milieu naturel, avec celles et ceux qui vivent dans le monde décrit dans cette fiction. Dans ce pilote, j’avais présenté The West Wing, A la maison blanche en français, en interrogeant Josh Delaney, alors assistant parlementaire de la sénatrice Elisabeth Warren ; et Helene Cooper, correspondante du New York Times à la Maison Blanche à l’époque.

Mais, et c’est là où c’est intéressant, j’avais imaginé que In Couch With aurait pu être une rubrique d’une émission plus longue, un magazine d’une heure sur les séries télévisées composée d’un débat sur un sujet précis avec invités spécialistes en plateau qui se serait appelé… encore une fois Le Prisme.

Ce projet est ensuite resté en sommeil pendant cinq ans, car j’étais bien occupé à rédiger ma thèse, d’une part, et que je me suis rendu compte, comme en 2012, que ce projet était trop ambitieux pour le temps que j’avais à y consacrer. Et c’est donc en novembre 2020, à la faveur du confinement, de l’arrêt temporaire de mes autres activités professionnelles et des élections présidentielles américaines que Le Prisme s’est rappelé à moi, et que j’ai décidé de lui donner enfin vie !

Le format du podcast : des séries documentaires… et des chroniques !

Après avoir pensé à créer une émission d’entretien ou un magazine radiophonique, des types de programmes où j’étais dépendants d’autres personnes, Le Prisme est devenu un podcast narratif, c’est à dire que je suis le seul à parler tout au long des épisodes.

Le Prisme, c’est un récit documentaire, entrecoupé par la diffusion d’extraits de séries ou de films dont il est question, en version française quand elle existe, et ce dans le but d’être compréhensible par le plus grand nombre. Vous entendrez aussi des extraits de morceaux musicaux qui rentrent en résonance avec le thème ou avec l’époque du sujet traité.

Premier logo (2021)

Le Prisme, ce sont d’abord des séries documentaires, dont chacun des épisodes dure ± 25 minutes. Ces séries de podcasts, qui traitent des sujets en longueur et de manière approfondie, requiert, sachez-le, beaucoup de temps de recherche et d’écriture, je ne peux donc me permettre de vous promettre une périodicité très précise de sortie. Mais Le Prisme à aussi un petit cousin plus régulier : Le Prisme express. Ce sont des épisodes indépendants de ± 5 minutes, qui traitent rapidement d’un sujet, à la manière d’une chronique. Ces Prisme express pourront faire l’objet d’un développement dans une série d’épisodes, ou pas !

En termes de diffusion, Le Prisme a un rythme hebdomadaire. Chaque vendredi à 18h (hors pause estivale et des fêtes de fin d’année) pour bien démarrer le week-end, vous aurez le droit à un nouvel épisode : soit un issu d’une série, soit un Prisme express.

L’objet et les sujets du podcast : les représentations produites par les séries américaines de patrimoine (et parfois les films)

Les sujets d’épisodes, vous l’entendrez, sont basés sur des faits d’actualités que j’interroge par le prisme des fictions… ou inversement, des fictions dont j’analyse les représentations sociales.

Si son format a évolué en 10 ans, l’objet du Prisme a toujours été clair depuis le départ : il traite des séries télévisées américaines, de leur histoire et des représentations qu’elles proposent. Dans sa version de 2021, Le Prisme ne s’interdit pas non plus d’être transversal, et d’aborder, quand cela est pertinent, des questions de cinéma, contrairement à la plupart des podcasts qui traitent indépendamment soit des séries mais jamais des films, ou inversement. Différents par bien des égards, les séries et les films ont tout de même beaucoup en commun, notamment un langage. Et alors qu’ils sont souvent opposés, mis en compétitions, dévalorisés au profit l’un de l’autre, il me semblait important de proposer un programme qui puisse parfois les rassembler.

Le choix de se limiter aux séries américaines est quant à lui assez naturel : c’est mon domaine d’expertise, depuis 10 ans. Elles sont celles qui m’intéressent le plus, mais surtout celles dont je connais le mieux les rouages et l’histoire : il m’importe donc de partager ce que je connais et ce que je découvre au fur à mesure dans ce domaine avec vous. Même si beaucoup d’autres pays produisent aujourd’hui des fictions vues partout dans le monde, et même si l’industrie audiovisuelle américaine n’a pas été la seule à s’être construite au milieu du XXème siècle – on pensera notamment aux fictions françaises et britanniques qui ont éclot en même temps – les séries américaines ont quand même influencé le reste du monde, notamment en termes de production et de narration. Ce sujet se justifie donc d’un point de vue personnel… et historique !

Deuxième logo (2022)

Un point important, qui n’est pas forcément audible dans son titre, c’est que les œuvres du patrimoine audiovisuel, ces séries terminées parfois depuis longtemps, ont la part belle dans Le Prisme… qui ne s’interdit pas non plus d’aborder des œuvres plus récentes.

En fait, Le Prisme est un podcast qui a pour ambition d’avoir de la mémoire : de donner à ses auditrices et ses auditeurs des analyses et des clés de compréhensions des œuvres audiovisuelles et qui leur permet aussi de prendre conscience que ce qu’elles et ils regardent aujourd’hui se nourrit de ce qui se faisait déjà hier.

Cela semble une banalité de dire ça pour les films, puisque sans forcément la connaître, la plupart des spectatrices et spectateurs sont conscientes et conscients qu’il existe une histoire du cinéma qui court sur plus d’un siècle, mais encore trop de gens pensent que de grosses sociétés audiovisuelles telles HBO ou Netflix ont inventé la forme de la série télévisée au début des années 2000, alors que le format existe sous sa forme contemporaine depuis la fin des années 1940. Mettre en perspective les œuvres contemporaines avec celles du passé, c’est aussi ça qui explique les représentations et leurs évolutions.

Nom et philosophie du podcast : ne pas confondre montrer et représenter ; mêler exigence et accessibilité

Le nom du podcast, Le Prisme, c’est un terme qui me tient à cœur pour couper court à l’idée reçue que les séries ou les films seraient des « miroirs » de nos sociétés. A mon sens, un miroir renvoi une réalité brute, quand un prisme la déforme, la dissèque. Quelle que soit la volonté des créatrices et des créateurs de séries, ou des réalisatrices et des réalisateurs de films, leurs fictions représentent éventuellement la réalité, elles la racontent d’une certaine façon, mais elles ne la montrent pas.

Le Prisme se propose donc d’interroger ces objets culturels pour analyser et déconstruire les représentations, notamment au regard de leur contexte de production et de diffusion, afin de mieux comprendre comment les séries et les films que nous voyons façonnent nos imaginaires.

En lançant Le Prisme, j’ai avant tout une volonté d’exigence, de pertinence, d’analyse pour servir mes sujets. Je ne veux pas que les épisodes soient des suites d’anecdotes, même si elles peuvent tout de même introduire ou servir le propos, car à mon sens, ce n’est pas parce que l’on aborde des objets issus de la culture populaire – pour ne pas dire l’infâme anglicisme « pop culture » – que l’on est obligé de les traiter de façon trop légère.

Pour accompagner cette volonté d’exigence, j’ai également une volonté d’accessibilité, de pouvoir être compréhensible autant par des spécialistes de l’analyse de l’audiovisuel que par de simples spectatrices ou spectateurs n’ayant aucune formation dans ce domaine. Tout l’intérêt pour moi de lancer ce podcast, c’est de partager et de transmettre mon expertise et ma passion pour ces objets culturels.

Pour mettre des images sur ce que vous avez entendu ou en savoir plus sur les sujets évoqués dans les épisodes, rendez-vous sur la page d’accueil !

error: Le contenu est protégé